Quand un vieux meurt c’est une bibliothèque qui brûle

La beauté de la kora est à la hauteur de la difficulté à apprendre à en jouer.
Cela me rappelle mes balbutiements à la guitare ou pendant des heures je jouais et rejouais les gammes et les mêmes enchaînement jusqu’à ce que cela devienne un automatisme.
Mais là, avec 4 doigts, il faut pincer 2 ou 3 cordes parmi 22. Je me sens très gauche et je commence à avoir des ampoules au bout des index.

La kora est un instrument né en Gambie d’après la légende. Selon une autre légende il viendrait du Mali. Un roi Kelefa Sanneh  (Soundiata Keita dans le cas de la légende malienne) se déplaçait dans son royaume avec son serviteur lorsque, arrivé au bord d’un rivière, il vit un génie (Djin) tenant cet étrange instrument. Il le prit et fit vibrer les cordes et il trouva ce son agréable. Son serviteur le pris à son tour et il joua une mélodie. Le roi impressionné décida qu’à l’avenir ce serviteur serait son musicien attitré. Il existe des versions longues et plus romancées de cette histoire.

On connait les castes en Inde traditionnelle, mais beaucoup ignorent qu’un système de caste basé sur une classification professionnelle existait, existe encore à certains points de vue, en Afrique occidentale.
Les agriculteurs, éleveurs et pêcheurs sont les hommes libres, les geers, les nobles, car ils ont le pouvoir de nourrir les populations. Les nenno sont les castes inférieures : forgerons, potiers, menuisiers, cordonniers… La caste la plus basse est celle des griots (gewels). Ces derniers sont considérés comme impurs au point qu’on ne les enterrait pas, par peur qu’ils souillent la terre. On les déposait dans des grottes ou des baobabs.
Leopold Sedar Senghor, premier président du Sénégal, interdit cette pratique à la fin des années 60.
Les mariages ne se font qu’entre personnes de la même caste (mariage endogamique).
Les griots ont la puissance des mots et étaient craints à cause de cela. Un griot pouvait ridiculiser un roi, mais il ne pouvait pas être châtié pour ses paroles. On lui offrait des cadeaux afin qu’il ait la parole généreuse. L’appartenance à une caste inférieures n’entraînant pas de fait une pauvreté matérielle, au contraire. Chaque caste possédait la maîtrise d’un savoir, donc d’un pouvoir, et le système offrait de fait à la fois une stabilité et une place importante à chacun. Que ferait un roi sans son forgeron qui confectionne les outils ? sans son potier qui fabrique les canaris contenant l’eau ? sans son cordonnier qui prépare les équipements en cuir ? etc.

Du fait de sa maîtrise de la parole, le griot pouvait être aussi le porte parole du roi, et aussi un historien car la tradition orale prédominait dans l’afrique traditionnelle. De nombreux chants traditionnels racontent l’histoire de l’empire du Mali, de Soundiata Keïta ou de l’almami Samori Touré
Les épouses des griots sont les griotes, mais elles ne jouent pas d’instrument de musique, elles chantent. La seule artiste célèbre pour son jeu de kora est Sonah Jobarteh à ma connaissance.
On est griot de père en fils et les grandes familles de griots sont les Kouyate, les Jobarteh, les Sissoko, les Kante ou Konte. Salif Keïta n’est pas issu de famille griotte mais de famille royale et probablement son choix professionnel a-t-il été difficilement accepté au début de sa carrière.

Aliou n’est pas de famille griote, mais il a été adopté par un korafola célèbre du nom de Messin Cissokho qui lui a transmis ses connaissances au sujet de la kora.

D’une grande gentillesse, il est aussi doué d’une incroyable dextérité et je mesure la chance que j’ai de travailler avec lui, même si j’ai l’impression d’être un piètre élève.
Toute la famille d’Aliou est mandingue et il parle donc le malinké. Les mandingues sont les populations ayant appartenu et qui sont héritières du grand royaume du Mali, le Mandé. Le Mandé s’étendait du XII° au XV° siècle du Nord au sud de l’actuelle Mauritanie à la Gambie et jusqu’à la frontière Est de l’actuel Mali.

Notre séjour à Koufountine se passe bien, et nous redécouvrons les formidables plats du Sénégal. Le poulet Yassa de Guida est divin et que dire du Tieb bou Dien préparé avec le poisson pêché le matin à 5 km de là. Les mets sont tellement bons que l’on a tendance à abuser sur la quantité de ce qu’on mange, ce qui sème quelques troubles dans nos estomacs d’occidentaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *