Kafountine

Kafountine est un petit village très tranquille qui me fait penser un peu à Ferkessedougou en Côte d’Ivoire.
Un petit centre ville traversée par une voie principale goudronnée le long de laquelle sont alignés les commerces : épicerie, quincaillerie, fruits et légumes, buvette, vulcanisateur, etc…
Les gens ne sont ni stressés ni stressants. En tant que blanc (toubab) nous sommes saluées, mais pas harcelés. Le plus souvent nous sommes interpellés en anglais alors que la langue nationale est le français. La proximité de la Gambie mais aussi la présence de certains résidents anglais, Kath et Adams en font parti, explique cela. Leur anglais est bien compréhensible. Davantage qu’il ne l’est en Ethiopie.
Les enfants nous suivent en nous appelant toubab et en nous présentant leur main pour nous saluer.
Tout autour de la rue principale des parcelles de terrains avec maison et champ d’arachide. Les clotures sont inexistantes ou parfois réalisées sommairement avec des branchages. Des poules, des cabris et des vaches errent sur les chemins et parfois dans les champs en friche.
C’est l’hivernage, la saison des pluies, où on peut semer pour espérer une récolte dans quelques mois. Les champs sont proprement labourés sûrement à la main ou grâce à la traction animale car nous ne voyons aucun tracteur ni montoculteur.
A l’aide d’un baton, un agriculteur fait un trou dans la terre et y jette une graine avant de le refermer d’un coup de pied. Opération réalisée sûrement de la même manière depuis la nuit des temps.

La spéciaité de la Casamance est l’arachide, premier produit d’exportation du Sénégal. En quittant Zighinchor, nous avions longé une usine d’huile d’arachide et à coté d’elle des montagnes de plus de 10m de hauteur d’arachides. Les casamançais produisent également du riz mais sont obligés d’en importer de l’étranger. Le riz Taïwanais est moins cher sur les marchés que le riz du Sénégal. En 84 la sécheresse obligeait le Sénégal à importer du riz, maintenant c’est le commerce international qui déprécie le riz du pays.

Kafountine est prisé également par les rastas. Nous rencontrons de nombreux jeunes portant des dreadlocks et arborant les couleurs vert jaune rouge des rastas (ce sont aussi les couleurs du Sénégal) ou des Tshirt de Bob Marley… Dsn une île voisine, le pavot est parait-il cultivé librement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *