Rockin in a free world

De toutes les belles régions de ce monde que j’ai eu la chance de voir, le Grand Canyon a ceci de particulier qu’il est tout à fait impossible de figer sa beauté sur une photographie. L’espace, le volume, la majesté, les couleurs ne peuvent être fixés sur une surface plane, aussi performante soit-elle.

Nous assistons au lever du soleil sur ces roches fabuleuses dont les strates de couleurs caractérisent les dépôts de sédiments et de faunes marines de plus de 1,7 milliards d’année.

La nature a déposé ici de vraies dentelles rocheuses sur une altitude visible de plus de 1000 mètres.

Tout au fond de la faille on devine par endroit la rivière Colorado.

Au petit matin les corbeaux s’adonnent à des voltiges qui ressemblent à des jeux ou des danses nuptiales.

Nous passons la journée dans cet endroit magique, et chaque position du soleil révèle d’autres reliefs.

Au loin, une épaisse fumée laisse deviner un feu de forêt. Les plateaux rocheux du grand Canyon sont recouverts de forêts de sapins.

 

Vers 15h nous partons vers le Nord-Est en direction de l’Utah.

Après presque 4h de route nous arrivons dans la nuit à Monument Valley.

Mais la nuit est noire. Le ciel, magnifique, nous permet de distinguer la voie lactée. La nuit est noire, et nous ne trouvons pas la route pour nous rendre dans le Hoggan que nous avions loué pour deux nuit.

En désespoir de cause, nous appelons notre hôte qui vient nous récupérer sur la route. Les indications d’accès qu’elle nous avait transmise étaient fausses.

Les Navajos vivaient traditionnellement dans ces habitations dont l’ossature est constituée de tronc d’arbres et recouverte de terre sechée.

L’intérieur du Hoggan

 

 

 

 

 

 

L’isolation thermique est parfaite et malgré les 6°C extérieurs il y fait très bon.

Au petit matin, nous découvrons ces buttes rocheuses tout autour de nous. Nous n’avions rien vu dans la nuit.

Nous passons la journée dans ce parc qui a été le cadre de nombreux films de John Ford mais aussi de films plus récents (Wild Wild West, Retour vers le futur III, etc).

Ces lieux sont sacrés, et les Navajos gèrent les visites, la restaurations et les accès. De nombreux points ne sont accessibles qu’avec des guides.

Ces lieux sont mystérieux. Ils ont une âme et entre les buttes rocheuses, on se sent protégé… A l’abri de tous risques.

Les Navajos sont gentils, serviables mais il est difficile de leur arracher un sourire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *