Enbycaster : Tête

La dernière phase de vernis se termine :

  • 14 couches appliquées au pinceau puis au pistolet.
  • Ponçage au papier de verre de 600 puis de 1000.

Petit aperçu de la tête :

tete_enbycaster Incrustation d’un triangle de Wenge.

Dessins  d’un idéogramme très répandu en Afrique de l’Ouest et qui symbolise à la fois la force vitale et l’ouverture aux autres.

 

Enbycaster : vernis2

vernis1Après la 3ème couche de vernis au pinceau, on va pouvoir passer à l’application du vernis au pistolet.
le principe reste le même :

              • 4 couches de vernis espacées de 30mn
              • Séchage pendant 2 semaines
              • Poncage léger au grain de 600 et à l’eau
              • Polissage avec disque en coton et pate à polir….

Le vernis utilisé est de marque KTM acheté chez GuitarNBlues.

 

Parallèlement à cela, je travaille la tête du manche pour une faire une tête disposant d’une certaine unité avec le corps.

Incrustation de WENGE et tête selon le modèle d’une Fender USA.

 

 

 

 

 

Enbycaster : vernis

Pas de photos cette fois-ci.

Etape finale de ponçage avec du papier de 280.

Le Wenge est un bois assez poreux, l’application d’un bouche pores est indispensable.

Afin de pouvoir mettre à la masse le chevalet, il est nécessaire de percer un trou de passage pour un fil entre la poche d’emplacement du micro chevalet et le trou de perçage de la cheville du chevalet.  Pour le fil de mise à la masse,  j’utilise de la tresse de dessoudage qui est multibrins et très souple.

La tresse étant en place, il faut enfoncer les chevilles de fixation du chevalet. Opération délicate et difficile si le trou est un peu juste (ce qui est le cas).

Le vernis sera appliqué en plusieurs couches. ENtre chaque couche, un ponçage au papier de 400 puis de 600.

Un jour au moins de séchage entre chaque couche.

Application au pinceau pour les deux premières couches (attention de prendre un pinceau de bonne qualité.

 

Enbycaster : Electronique

Je souhaite disposer de deux sorties qui pourront être envoyées vers deux amplis différentes.

L’une des sorties serait plutôt rythmique l’autre plutôt Lead.

Trois positions de la sortie rythmique :

  • volume maximum
  • volume réglable
  • Mute

Pour la sortie Lead réglable en volume

  • micro chevalet
  • micro manche
  • les deux en parallèle

Voila la solution avec des potentiomètres de 250kΩ, deux toggle-switch et deux sorties jack tubulaires.

schema

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On constate néanmoins que lorsque le commutateur LEAD (S2)  est en position milieu la sortie rythmique restitue le signal des deux micros.

 

 

 

Enbycaster : Galbe du corps

La première étape consiste à arrondir les bords avec une fraise adaptée.chanfreins

Dans un deuxième temps il s’agit de galber le corps avec un ponçage oblique sur l’avant au dessus du chevalet. Une ponceuse à lamelle est parfaitement adaptée à ce travail.

galbe1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin le galbe arrière, réalisé en 2 étapes :galbe2

  1. usinage en escalier
  2. ponçage au disque à lamelles

galbe3

 

 

 

 

 

 

 

 

Un premier ponçage grossier pour affiner les fibres du bois.

La cure d’amaigrissement a emmené le corps à 2,6kg.

Probablement que son poids excèdera de 500g le poids de ma Strat US, mais elle est en frêne….

 

EnbyCaster : P90 – Chevalet – logement de l’électronique

Prépositionnement du chevalet

chevalet-p90Afin que le P90 soit bien dans l’axe du manche, je positionne dans un premier temps le chevalet et je simule le passage des cordes avec deux élastiques en guise de cordes MI.

La distance sillet – frette  de la 12° case doit être égale à la distance chevalet – frette de la 12° case pour que la guitare joue juste.

Le chevalet doit de plus être placé de sorte

Deux petits clous me permettent de positionner le chevalet. Les trous de ces clous me faciliteront le centrage pour percer les les chevilles de fixation du chevalet.

Usinage du logement du P90

p90Même méthode que tous les usinages. Un gabarit de P90, la défonceuse avec la fraise à copier et beaucoup de précautions. Je réalise une défonce de 25mm.

Afin de permettre le passage du câble du micro manche, je réalise un perçage avec une mèche longue, du manche jusqu’au P90.

trou_cable_firebird

 

 

 

 

 

 

Logement de l’électronique

EnbyCaster aura deux sorties jack, il faut donc modifier légèrement la forme du corps pour accepter dans sa partie basse deux prises jack.

Usinage du compartiment électrique

elecCet usinage se fait en deux temps car le couvercle noir du compartiment doit être noyé dans la masse du corps. Deux gabarits d’usinage sont donc nécessaire.

Pour finir, toujours avec la mèche longue perçage entre le logement électrique et le logement du micro chevalet pour pouvoir y insérer les câbles des micros.

Le couvercle est noyé dans le corps de la guitare.
Le couvercle est noyé dans le corps de la guitare.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le corps de la guitare pèse à présent 3,1kg…. Encore un peu beaucoup mais rien de surprenant au regard de la masse volumique du WENGE.

EnbyCaster : Usinages

Usinage de la poche du manche

Après l’usinage du corps, une opération plus délicate est l’usinage de la poche du manche. Délicate à cause de la précision nécessaire. Il faut éviter que la découpe soit trop large, il faut veiller à ce que le manche soit dans l’axe.

La règle d’or : NE PAS SE PRECIPITER.

Toujours la même méthode en ce qui me concerne :

Le gabarit, le corps et la défonceuse avec la fraise à copier.
Le gabarit, le corps et la défonceuse avec la fraise à copier.
  1. d’abord faire un gabarit d’usinage.
  2. Vérifier si le manche se place sans jeu et sans défaut d’angle…..
  3. Bien fixer avec des serres joints la gabarit sur le corps.
  4. Positionner le manche pour revérifier son angle par rapport au corps.
  5. Usiner par pas de 5 à 10mm.
  6. Dernier usinage de finition de 1 ou 2mm selon besoin.

Le résultat :

stratos_s

 

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième étape de la journée : Usiner le logement du micro manche.

decoupe_micro_manche_sJ’utilise la gabarit précédent pour y placer le logement du micro. Vérifier que le micro sera bien centré par rapport au manche.

Puis le défonçage. C’est une opération moins délicate car le cache micro peut corriger quelques millimètres de décalage.

micro_firebird_s

Nouveau projet Guitare : EnbyCaster

bwds_wenge.jpg
Aspect du Wenge

Tout commence par un voyage dans mon magnifique pays d’adoption en Afrique en 2010.
La forêt équatoriale est majestueuse et ses arbres imposent le respect. Il m’a donc été possible de trouver une planche de WENGE d’une seule pièce 40cm*50cm*5cm…..

Après 4 ans de séchage dans ma cave…. je me décide à la transformer en guitare.

C’est assez inhabituel d’utiliser ce bois dur de forte densité (plus d’une tonne au mètre cube, le double de l’acajou) pour un corps de guitare électrique – pour une basse c’est plus courant – mais pourquoi pas?  C’est un bois sans noeuds et vibrant, assez proche dans ses caractéristiques sonores de l’érable donc pourquoi pas?

Par contre, pour que son poids soit supportable par mes frêles épaules, il est nécessaire de le tailler autant que possible.

Je suis fans des corps de stratocaster, donc allons-y pour un look strato.

La beauté du bois, ne peut qu’imposer une finition naturelle.

Quant aux micros, un set assez identique à celui de Neil Young :

Les deux en finition chrome

Pour le reste on verra…

La coupe du corps selon la méthode classique du gabarit, de la scie sauteuse puis de la  défonceuse avec la fraise à copier.

Corps en Wenge
Après le coupe de la planche

Première étape donc achevée :

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nom de la guitare ? Just a Joke 🙂

Rénovation d’une EKO 500

eko_500champUne guitare un peu particulière cette EKO 500 finition champagne.

Un peu « kitch » avec ses paillettes dorés mais une guitare de 1962.

 

EKO, marque italienne,  fabriquait initialement des acordéons dans les années 50-70 et souhaitait se diversifier à une période où la musique Rock avait davantage le vent en poupe que les acordéons.

J’ai trouvé cette EKO d’occasion en mai 2010, mais elle avait été bien maltraitée par un précédent propriétaire.

L’idée étant de la rénover afin qu’elle ressemble à une EKO originale.

Supprimé toute l’électronique de commande… supprimé le 5° micro… jeté le Pickguard saboté.

 

 

 

 

 

 

 

Après une grosse opération de nettoyage, réalisation du nouveau PickGuard

 

 

 

 

 

 

Les commutateurs d’origine (EKO 1962) sont introuvables, il est donc nécessaire de remplacer l’électronique originale par un ensemble de 6 commutateurs à glissière.

Quatre commutateurs, activent ou non chacun des 4 microphones tandis que les deux derniers commutateurs placent les micros en ou hors phase deux -à-deux.

 

 

 

Le son de cette guitare est puissant mais très polyvallent.

Je suis encore à la recherche des boutons d’origine, mais le résultat n’est pas trop mal…

 

 

 

 

 

 

 

Rénovation d’une EKO 300

PRÉSENTATION
Achetée sur un site de vente aux enchères cette guitare est bien marquée par son âge.
Les micros ainsi que le commutateur sont absents, le chevalet a été remplacé par un grossier chevalet en Rosewood. Plusieurs impacts ont fait « sauter » le vernis.

TRAITEMENTS COSMÉTIQUE
Il s’agit dans un premier temps d’enlever le chevalet qui a été collé avec une colle néoprène.
Pour éviter de faire trop de dégats, l’usage de défonceuse semble la solution la moins risquée. Lorsqu’il ne reste plus qu’une épaisseur de 1mm de bois le retrait au cutter est possible. Les retouches seront toutefois nécessaires car, au regard de la colle employée, il est impossible de retirer les reste de chevalet sans dégat.

Suivent ensuite les opérations de ponçage. La table étant en bon état j’ai décidé de ne toucher qu’aux zones du dos ou de l’éclisse qui sont abimés. Dans certain cas le ponçage au papier de verre de 600 a mis le bois à nu.
Sur le dos une légère fissure doit être réparée. Un mélange entre le la colle Titebond et de la teinture rouge fera l’affaire. Un léger ponçage cachera définitivement la « blessure »
La teinture est réalisée avec de la teinture à l’eau RED RUBY dans un premier temps puis de la teinture à l’eau NOIR ANTHRACITE dans un deuxième temps, je reteinte toutes les zones où le bois était poncée à nu.Pour être sûr qu’il n’y aura pas d’incompatibilité entre le vernis d’origine (probablement cellulosique) et le vernis polyuréthane (vitrificateur brillant monocomposant), je fais un essai sur une petite surface qui sera de toute façon couverte par le cordier.Par petite touche de vernis je comble les irégularités de surface. C’est un travail long qui demande de la patience et du temps de séchage.
Les tests de vernis étant concluants, je procède au vernissage du dos, l’éclisse et la zone de la table sous le chevalet. Pour le dos, vernissage au pistolet. 3 couches de vernis assez épaisses séparées par un temps de séchage puis ponçage.
RÉPARATION DU PICKGARD
L’angle de fixation du Pickgard a été cassé par un précédent propriétaire. La solution adoptée consiste à renformcer cet angle avec du plexiglas collé à la colle Araldite.
L’ÉLECTRONIQUE
Grâce à Franck de www.guitarage.nl j’ai pu récupérer deux microphones d’époque. Le sélecteur par contre est introuvable, j’ai donc usiné un nouveau cache qui viendra supporter 4 commutateurs à glissière.


L’électronique est basée sur 4 sélecteurs qiui permettent de mettre les deux micros en route ou non hors phase ou en phase.. Un circuit imprimé permet de supporter les sélecteurs et permet une mise en place aisée.

Plaquette publicitaire de la série EKO-300 de 1963
Le résultat

Strato électroacoustique

PRÉSENTATION

A partir d’un corps d’une « strato like », j’ai souhaité monter une guitare aussi polyvallente que possible avec un son acoustique, un son classique de strato et un boost à la manière de la Fender Clapton.

MATÉRIELS

Aucun vrai travail de lutherie pour cette réalisation si ce n’est deux défonces pour les circuits électroniques.

  • Sous le pickgard à coté du micro Middle :défonce rectangulaire de 50mmx25mmx10mm pour le boost

  • A l’arrière, à coté du chevalet : une défonce de 55mmx55mmx15mm pour l’équalizer. Une plaque spéciale devra être façonnée

Pour le reste, mais beaucoup d’électronique…

-un corps sunburst en aulne
-un manche erable et rosewood (décorée)
-pickgard pearl
-mécaniques Schaller gold
-chevalet piezo (type LR Baggs)
-micros fender Samarium Cobalt noiseless (SCN)
  

CIRCUIT ÉQUALIZER ACOUSTIQUE


Circuits imprimés en CMS : à gauche le circuit, à droite la plaque de contrôle avec les potentiomètres rectilignes

BOOST
Schéma trouvé sur Internet (http://blueguitar.org/) et corrigé

CABLAGE FINAL
LA PLAQUE ARRIÈRE
Elle est réalisé dans une plaque de type pearl comme le pickgard. Le découpage a été fait avec une fraiseuse à commande numérique.


Guitare 12 cordes électroacoustique

I/ PRÉSENTATION

Le sujet de cette page est de présenter la méthode de fabrication d’une guitare 1/4 caisse.
La guitare réalisée est de type « stratoïde » équipée de deux micros PAF et un micro piezoélectrique « maison ». Le corps de 32 mm sera en frène et la table sculptée de 15 mm sera en érable ondé. Le manche sera vissé.

II/ PRÉREQUIS ET MATÉRIELS

Bien qu’il ne faille pas de matériel très sophistiqué pour réaliser une guitare il est nécessaire de disposer :

-d’une scie sauteuse ou d’une scie à ruban
-d’une défonceuse
-perceuse portative ou à colonne
-forets de 11mm, 8mm, 12mm, 5mm
-d’une ponceuse vibrante
-pistolet de peinture (pneumatique ou électrique) à gravitation ou brumisateur manuel
-d’une fraise à copier
-d’une lime à bois
-5 serre joints ou pinces
1 kit de polissage

ATTENTION l’utilisation de ces équipements peut s’avérer dangereuse et il est nécessaire de respecter toutes les mesures de sécurité préconisées par les concepteur de ces machines.
En particulier la défonceuse est une machine dangereuse qui ne peut être mise dans des mains d’utilisateurs inexpérimentés

-papier de verre 50, 80, 120, 180, 400, 600, 1000 et 1200
-tampon à poncer
-planche d’érable ondé (épaisseur 15mm dim Lxl: 45cm x 35cm) pour la table (coupe en portefeuille)
-planche de freine (épaisseur 32mm dim Lxl: 45cm x 35cm) pour le corps
colle Titebond
-teinte à l’eau White gold pour la table et acajou pour le corps
 kit fondur
kit vernis PU bicomposant brillant
-2 micros PAF
-1 chevalet Schaller 12 cordes et 6 string retainer
-1 manche de guitare type Télécaster
-2 potentiomètres 500Kohms
-1 toggle switch et 1 mini switch
4 ferrules de fixation de manche
-capteur piezo et préamplificateur

III/ FORME EXTÉRIEUR DU CORPSLa guitare étant constituée de deux planches superposées, il faudra reproduire ces étapes deux fois.
III.1/ CRÉATION DU GABARIT DU CORPS

Dans un premier temps il est nécessaire de se procurer le plan de la guitare (on les trouve sur de nombreuses sites comme www.lutherie-amateur.com par exemple) ou plus simplement reproduire le contour de la guitare à partir d’une autre guitare.

J’ai utilisé ici une plaque d’isorel de 5mm.

Tracer avec précision l’axe de symétrie sur le gabarit avec un crayon ou un feutre fin.


Remarquez l’axe de symétrie tracé sur le gabarit
III.2/ ASSEMBLAGE DE LA TABLE
La table est constituée de deux planches d’érable en portefeuille (bookmatched). Ces deux planches doivent être collées proprement afin que la ligne de jointure soit dans l’axe de la guitare.

Je me suis inspiré des informations trouvées sur l’excellent site de Kamel Chenaouy qui propose de bloquer les deux planches entre deux séries de clous et de presser le tout avec une masse de 3kg.

Une rangée de clous a été remplacée par un tasseau vissé et le poids a été remplacé par des serres joints.
La colle utilisée est de la Titebond. 24 heures de temps de séchage sont nécessaires


Un tasseau stabilise la planche inférieure et des clous la planche supérieure.
Les serres joints assurent le plaquage de la table sur la planche qui sert de support
Sous la ligne de jointure, deux bandes d’adhésif pour peinture évite que l’excédent de colle ne lie la table au support.

III.3/ COUPE

La coupe du corps se fait en plaçant le gabarit sur la planche de freine et en suivant ce gabarit avec la défonceuse équipée d’une fraise à copier.
Pour ce projet je souhaite donner une teinte différente au corps et à la table. L’opération de collage devra donc se faire après la teinte. Pour éviter des erreurs d’alignement, j’utilise deux tourillons qui me garantiront le positionnement précis pour toutes les opérations de découpe, d’usinage et de ponçage. Les perçages sont réalisés aux emplacement du micro manche et du logement électrique.

1. Corps coupé – 2. Table brute après coupe à la scie à ruban – 3. Détourage de la table

Le corps étant déjà correctement coupé, il suffit de positionner la planche de la table et de fraiser les bords avec une fraise à copier en affleurant le roulement de la fraise avec le bord du corps.


Le corps, la table grossièrement coupée, les tourillons et les trous de centrage.
III.4/ DÉFONCE DU LOGEMENT MANCHE
Toujours la même méthode. J’utilise un gabarit et une fraise à copier (diamètre 10mm).
III.5/ DÉCOUPE DE L’OUÏE
La forme de l’ouïe est dessinée dans un premier temps sur une feuille de papier. A partir de là, j’ai réalisé un gabarit en tenant compte des dimensions de l’accessoire de recopie de la défonceuse. Ainsi les bords du trou du gabarit correspondent à la forme initiale + (diamètre de l’accessoire-diamètre de la fraise) / 2.

L’usinage se fait sans problèmes par profondeurs successives.

 


III.6/ SCULPTURES DIVERSES

Utilisation d’une ponceuse à bande pour sculpter le galbe arrière du corps. Fraisage en étage puis ponçage avec un tube de 50mm et du papier de verre (50)

Pour la table : tracé des différents passages de fraise. Chaque passage correspond à une profondeur différente. Au total 7 passages ce qui permet d’obtenir une différence de relief d’environ 10mm. Le fraisage se fait sans gabarit car le ponçage corrigera les irrégularités.
Le ponçage se fait à la ponceuse vibrante et la cale à poncer.Résultats après ponçage au grains 50, 80 puis 120
III.7/ LOGEMENT DE L’ÉLECTRONIQUE
Le logement doit être de taille suffiante pour abriter les commandes classiques, le préamplificateur et ses 3 potentiomètres ainsi que la pile. Dans un premier temps avec une chutte d’érable, j’ai confectionné le couvercle du logement. La deuxième étape consiste a réaliser le gabarit de défonce pour finir avec le fraisage du logement. Avec l’usinage du logement, l’un des tourillons de positionnement ne peut plus être utilisé. Je mets en place une chute d’Isorel provenant du gabarit précédent.
III.8/ LOGEMENT DES MICROS
Il s’agit de déterminer dans un premier temps, la position exacte des deux micros double bobinages afin qu’ils ne viennent gêner ni le talon du manche, ni le chevalet. Préperçage de trous de 20mm pour réduire le temps d’usinage à la défonceuse.Première utilisation du gabarit de découpe acheté récemment sur eBay avec une fraise à copier de 10mm.
Placement du gabarit en veillant à ce que l’axe de celui-ci (tracé au préalable) coïncide avec l’axe de la table.
La guitare prend forme….
Avec cette découpe mon deuxième tourillon de positionnement devient inutilisable (voir III.3) , le trou dans la table se situant en plan centre du logement du micro manche. J’utilise donc à partir de là d’une chute de planche aux dimensions du talon du manche que je place dans le logement manche.
III.9/ LOGEMENT DES FERRULES DE FIXATION DU MANCHE
Pour l’ensemble des opérations, on utilisera la perceuse à colonne. Marquer coté intérieur les 4 points de perçage, puis percer les trous avec un foret de 4mm. Coté exterieur (dos de la guitare) percer avec un foret de 15mm les quatre avant-trous. Terminer le perçage avec une fraise de 15mm afin d’obtenir un fond de trou plat. Par recherche esthétique, j’ai volontairement décalé l’un des trous.
III.10/ TROUS DES ÉLÉMENTS DE CONTRÔLES ET MICRO PIEZO
Trous alignés avec perçage de diamètre 8 (potentiomètres) et 12 (Toggle switch). Les trous de passage des axes des potentiomètres de l’équalizer sont légèrement poncés afin de donner un peu plus de relief. Le logement du micro piezo est réalisé avec une fraise de 10mm après avoir parfaitement défini l’emplacement du chevalet et des trous de passage des cordes. Un perçage entre ce logement et le logement du micro-chevalet permet le passage du fil du micro piezo.
IV/ TEINTE DU CORPS ET ASSEMBLAGE
J’ai souhaité avoir un corps en acajou et la table en couleur naturelle de l’érable. Cette opération de teinte est donc nécessaire avant collage, si on veut éviter les bavures.
IV.1/ TEINTE
L’opération de teinte est manuelle. Il suffit d’un vieux chiffon, du produit de teinte et d’un gant en latex.Vérifier au départ qu’il n’y ait plus de rayures dans le bois et que le corps est entièrement dépoussiéré. Imbiber généreusement le chiffon avec la teinte liquide puis le frotter dans le sens des fibres. Répéter l’opération jusqu’à ce que la teinte soit uniforme. Attendre quelques heures, poncer au papier de verre de 320 puis si nécessaire, renouveller l’opération.
IV.2/ FONDUR
En prévision du collage et d’éventuelles et probables coulures de colles, les deux parties sont traitées avec du fondur (bouche pore). Cette couche de protection protège le bois et évite que les résidus de colle se fixent dans les pores du bois faisant apparaître des variations de teintes. Pour le traitement des deux parties, 10cc de fondur suffisent avec une dilution de 66% de fondur et 33% de durcisseur. Application au pistolet et séchage pendant une semaine.Remarquer sur le photo les deux pattes de fixation du couvercle arrière ainsi que la cornière en aluminium qui supportera les potentiomètres du correcteur de l’équalizer 3 bandes.
IV.3/ COLLAGE DU CORPS
Afin de masquer d’éventuelles irrégularités, la colle utilisée est une Titebond DarkWood. Déposer sur chaque face en contact un film de colle. Assembler le tout en veillant à jointer au mieux. Presser les deux parties à l’aide de pinces et de serres joints. Retirer l’excédent de colle à l’aide d’un chiffon humide.Maintenir le tout sous pression pendant une journée puis retirer les pinces. Si la jonction n’est pas parfaite il est nécessaire, s’il s’agit de la table, de rectifier à l’aide de la fraise de copie. Pour rendre la jointure totalement lisse, passer plusieurs couches de fondur sur la tranche puis poncer au papier de 320.
V/ FINITIONS
V.1/ FONDUR ET VERNIS
Les 3 couches de fondur bicomposant permettent de d’obtenir un corps lisse et des jointures corps-table presque parfaites. Le temps de séchage pour chaque couche est de 5 jours. Chaque couche est suivie d’un ponçage au papier de 400.Les 5couches de vernis bicomposant sont espacées de 5 jours également. Le ponçage est réalisé avec du papier de verre de carrossier de plus en plus fin :

  • 600 entre la 1° et la 2°
  • 1200 entre la 2° et la 3° et la 3° et 4°
  • 1200 faiblement encrassé (ayant déjà servi) entre la 4° et la 5°

A ce stade les surfaces doivent être parfaitement lisses. L’aspect « peau d’orange » doit avoir disparu avant le polissage.

Remarque 1 : La couche de vernis correspond à environ 0,5mm d’épaisseur
Remarque 2 : Contrairement à ce qui se lit ça ou là, évitez les vernis en bombe de type « vernis pour voiture ». Ils sont trop mous et fondent souvent au contact du latex.

V.2/ POLISSAGE ET LUSTRAGE
Pour polir le corps et le rendre brillant, j’ai utilisé un kit de polissage composé d’un coton cousu et d’un pate de polissage très fine. Le coton cousu monté sur la perceuse à colonne permet d’obtenir un résultat saisissant. La pate est déposée sur le coton lorsque celui-ci est en rotation. Initialement, le corps est presque blanc en raison de la dernière opération de ponçage. Polir de manière méthodique toutes les surfaces du corps jusqu’à ce que la surface réfléchisse de manière parfaite la lumière.L’encombrement de la perceuse à colonne ne m’a pas permis de polir mécaniquement les découpes près du manche. J’ai donc été obligé de le faire manuellement.Faire attention toutefois à ne pas insister trop longtemps sur une zone précise car la dernière couche de vernis pourrait se décoller en raison de l’élevation en température.

Le lustrage se fait selon le même principe mais cette fois-ci c’est un disque en flanelle qui est utilisé, asoocié à un polish pour guitare.

VI/ ASSEMBLAGE
L’assemblage des éléments se fait dans l’ordre suivant :

  • Ferrules string-retainers
  • chevalet et capteur piezzo (voir VII.1)
  • manche en veillant à ce que les cordes soient bien centrées sur le manche
  • Micros magnétiques
  • électronique

En raison des couches de vernis, certains (string retainer, potentiomètres) trous ont du être repercés

VII/ L’ÉLECTRONIQUE
VII.1/ FABRICATION DU MICRO PIEZO
Le micro piezo repose sur une pastille piezo d’un coût de 1€ et que l’on trouve dans tous les magasins d’électroniques. On peut le récupérer aussi dans une vielle montre électronique disposant d’une alarme.La pastille est coupée en trois morceaux à l’aide d’une scie à métaux, d’un dremmel ou d’une lime. Elle est alors soudée sur une plaque de circuit imprimé de sorte que les parties cuivrées des pastille sont reliées électriquement. Cette liaison correspond au premier pôle du micro. Pour finir on fixe un ruban adhesif sur la plaque et on le découpe de sorte que les parties argentées des pastilles ne soient plus protégés. Ces parties sont en contact avec le chevalet et constituent le deuxième pôle du micro relié à la masse de la guitare. La profondeur du logement dans la table est légèrement inférieure à l’épaisseur du capteur afin que les vibrations soient bien transmises.
Lors de la mise en place de la plaquette, il faut faire particulièrement attention à ce que la soudure du fil sur le circuit imprimé soit plate pour éviter que le chevalet repose sur la soudure au lieu du piezzo. Il faut également isoler cette soudure pour empêcher le cours circuit et rendre ainsi inopérant le capteur.indispensable
VII.2/ PRÉAMPLIFICATEUR
La mise en oeuvre d’un capteur piezzo implique obligatoirement la présence d’un préamplificateur correcteur ayant pour fonction d’adapter le signal et de corriger le timbre général du son. Cela est d’autant plus vrai avec un capteur artisanal. Par ailleurs, je désire pouvoir mélanger le son piezzo au son magnétique.La structure électronique adoptée, doit donc répondre à ces exigences:

  • mixage des micros
  • amplification différenciée
  • correcteur 3 bandes

Le schéma est celui là : Cliquez pour ouvrir le schéma. Les composants ont été choisi en technologie CMS. Le branchement de la carte avec les autres composants se présente comme suit :

 


Le câblage est relativement dense en fils comme l’illustre la photo ci-dessus. Le logement est tapissé de film aluminium autocollant que l’on trouve dans tous les magazins de bricolage.
ET LE RÉSULTAT…

Guitare midi

PRÉSENTATION

Le sujet de cette page est de présenter la méthode de fabrication d’une guitare solidbody.
La guitare réalisée est de type Les Paul équipée de deux micros P90 et intégrant un capteur hexaphonique et son module de contrôle GK2 de Roland. Elle sera réalisée en trois couches de bois différents. La table sera sculptée et le manche vissé.

PRÉREQUIS ET MATÉRIELS

Bien qu’il ne faille pas de matériel très sophistiqué pour réaliser une guitare il est nécessaire de disposer :

-d’une scie sauteuse
-d’une défonceuse
-perceuse portative ou à colonne
-forets de 11mm, 8mm, 12mm, 5mm
-d’une ponceuse vibrante
-pistolet de peinture (pneumatique ou électrique) à gravitation ou brumisateur manuel
-d’une fraise à copier
-d’une lime à bois
-5 serre joints

ATTENTION l’utilisation de ces équipements peut s’avérer dangereuse et il est nécessaire de respecter toutes les mesures de sécurité préconisées par les concepteur de ces machine.
En particulier la défonceuse est une machine dangereuse qui ne peut être mise dans des mains d’utilisateurs inexpérimentés

-papier de verre 50, 80, 120, 180, 400, 600, 1000 et 1200
-tampon à poncer
-planche d’érable ondé (épaisseur 15mm dim Lxl: 45cm x 35cm) pour la table (coupe en portefeuille)
-planche de freine, erable, acajou ou hêtre (épaisseur 20mm dim Lxl: 45cm x 35cm) pour le corps
-planche d’érable(épaisseur 10mm dim Lxl: 45cm x 35cm) pour le fond
-colle Titebond
-teinte à l’eau honeyburst et red ruby
-kit vernis PU bicomposant brillant
-2 micros P90
-1 chevalet type LES PAUL
-1 cordier type LES PAUL
-1 manche de guitare type Télécaster
-1 ensemble GK2

FORME EXTÉRIEUR DU CORPSLa guitare étant constituée de trois planches superposées, il faudra reproduire ces étapes trois fois.
CRÉATION DU GABARIT DU CORPS

Dans un premier temps il est nécessaire de se procurer le plan de la guitare (on les trouve sur de nombreuses sites comme www.lutherie-amateur.com par exemple) ou plus simplement reproduire le contour de la guitare à partir d’une autre guitare.

Recopier le contour extérieur de la guitare sur une planche de bois quelconque (sapin, médium…) d’une épaisseur de 10mm. Couper la planche selon ce contour ce qui permet d’obtenir le gabarit de coupe de votre corps.

Tracer avec précision l’axe de symétrie sur le gabarit avec un crayon ou un feutre fin.


Remarquez l’axe de symétrie tracé sur le gabarit

COUPE

Si la planche à usiner est collée (bookmatched), faire coincider l’axe de collage avec l’axe du gabarit puis serrer le tout avec des serres joints. Couper grossièrement la planche en veillant à ne pas entailler le gabarit.

Placer la fraise à copier dans la défonceuse et usiner le pourtour de la planche en veillant à ce que le roulement à bille de la fraise soit en permanence en contact avec le gabarit.


La planche et son gabarit

Fixation du gabarit sur la planche

Après usinage

Le résultat

ASSEMBLAGE DE LA TABLE
La table est constituée de deux planches d’érable en portefeuille (bookmatched). Ces deux planches doivent être collées proprement afin que la ligne de jointure soit dans l’axe de la guitare.

Je me suis inspiré des informations trouvées sur l’excellent site de Kamel Chenaouy qui propose de bloquer les deux planches entre deux séries de clous et de presser le tout avec une masse de 3kg.
Une rangée de clous a été remplacée par un tasseau vissé et le poids a été remplacé par des serres joints.
La colle utilisée est de la Titebond. 24 heures de temps de séchage sont nécessaires

 


Un tasseau stabilise la planche inférieure et des clous la planche supérieure.
Les serres joints assurent le plaquage de la table sur la planche qui sert de support
Sous la ligne de jointure, deux bandes d’adhésif pour peinture évite que l’excédent de colle ne lie la table au support.
USINAGE DU LOGEMENT DU MANCHE ET DES MICROSCette opération ne sera nécessaire dans ce cas que pour la table. Selon l’épaisseur du manche ou de la table, il faudra éventuellement usiner également la planche centrale.
USINAGE DU LOGEMENT MICRODans un premier temps il s’agit de faire un gabarit d’usinage pour le micro.

Positionner un morceau de plexiglas sur le gabarit et tracer au cutter un trait coincidant avec l’axe de la guitare.

Placer le micro (P90) sur la plaque de plexiglas, le centrer par rapport au trait précédemment fait, puis dessiner avec précision le pourtour du micro. Découper dans le plexiglas le logement.

Poser à présent ce gabarit sur la table en faisant coincider le trait de collage de la table avec le trait de symétrie tracé sur le plexiglas, et la découpe avec l’emplacement souhaité du micro.

A l’aide d’un crayon tracer le contour du micro, puis découper grossièrement à la scie sauteuse.

Placer ensuite à nouveau le gabarit puis usiner avec la défonceuse équipée de la fraise de copie.

Ajuster les angles avec une lime.

USINAGE DU LOGEMENT MANCHE

Cette opération est strictement identique à la précédente mais attention à bien positionner le manche dans l’axe (de symétrie) du corps. On pourra se servir d’une ficelle placée au milieu du sillet (entre la corde 3 et 4). En la tendant entre le sillet et la ligne de collage en bout de corps, la ficelle doit passer au centre des repères de touche. Il faudra ajuster les angles à l’aide d’une lime.


Lorsque la défonce pour le logement du manche est réalisée on peut procéder au perçage des trous permettant le vissage du manche. La technique de la ficelle décrite ci-dessus est hautement recommander pour garantir que le manche reste dans l’axe de la guitare


Le contour du micro est tracé sur la table

Le gabarit d’usinage est en place. Le prétrou permet le passage de la lame de scie

Coupe grossière à la scie sauteuse
Perçage des trous pour les inserts du chevalet et du cordierL’étape suivante consiste à percer les trous permettant la fixation du cordier, du chevalet ainsi que des boutons de contrôle .
Mesurer la distance entre le sillet et la frette de la 12° case. Repartir de cette frette et tracer à même distance un trait au crayon qui définira la position du chevalet.


Veillez à ce que le chevalet soit centré sur la ligne de collage (axe de symétrie) de la table. Marquer les trous de perçage puis percer. Si vous ne disposez pas du bon foret (chez moi 11,5mm), percez à un diamètre légèrement inférieur (11mm) puis ajustez par ponçage.

Procéder de même pour le cordier. La distance chevalet cordier est de 40mm environ.

Perçage des trous pour les boutons de commande et le sélecteur

Pour les éléments de contrôles, tracez un trait au crayon distant de 40mm du bord du corps. Repérez sur ce trait les axes des potentiomètres et du commutateur de sélection.

 


Les deux ficelles simulent les cordes de MI et permettent de voir si le positionnement du chevalet et du cordier est correct.

Traçage des trous de perçage en maintenant une distance constante entre le bord du corps et les axes des potentiomètres et switch. 
USINAGE DU LOGEMENT DE L’ÉLECTRONIQUE ET DU PASSAGE DE CÂBLECette opération sera réalisée sur la planche centrale et nécessite donc un peu moins de précision.
Posez la table sur la planche centrale et tracez au crayon les différents orifices déjà usinés (micros, chevalet, cordier, boutons et sélecteur).Les usinages se feront à la défonceuse et sont au nombre de trois :
-passage des câbles des micros
-logement des potentiomètres, sélecteur et prise jack
-le passage du capteur GK2

Le niveau de difficulté est faible pour cette opération mais veillez à vous assurer que les fonctions de ces découpes sont assurées (assez de place pour les câbles, les potentiomètres, etc…)

SCULPTURE DE LA TABLE
Tracez dans un premier temps 5 traits au crayon, distants de 2cm environ et qui suivent approximativemnet la forme du corps.A l’aide de la défonceuse et de la fraise à copier, usinez en suivant les limites dessinées précédemment :
-lors du premier usinage utilisez une profondeur de coupe de 8mm et suivre le premier trait extérieur
-puis usinez sur une profondeur de 6mm et suivre le deuxième, etc..

Au final vous obtenez un usinage « en escalier »

Vient ensuite un long travail de ponçage qui consiste en enlever les marches d’escalier et à donner une forme harmonieuse à la table. On utilisera un grain de 50, 80 puis 120 pour éliminer toute griffure.

On pourra en faire de même avec le fond.
 


Première zone partiellement usinée. Remarquez les autres traits de coupe

Toutes les zones sont usinées
COLLAGE
Il s’agit ici de coller les trois pièces entre elles afin de former le corps final.Il faudra utiliser une colle puissante. Les luthiers utilisent généralement de la Titebond que l’on peut trouver chez guitare shop ou luthimate par exemple.

Etalez très largement la colle sur les surfaces à coller (1 couche de colle par surfaces de collage, donc pour nos 3 planches il faudra 2 couches de colle).
Superposez avec autant de précision que possible les trois planches bords à bords.
Fixer autant de serre-joints que nécessaire pour établir parfaitement le contact entre les planches
Avec un chiffon humide, retirez les excédents de colle.
Laissez sècher 24 heures avant de retirer les serres joints.

Remarque : pensez à utiliser des bouts de bois pour éviter le contact direct avec les serre joint et le corps de la guitare. Les marques laissées entraîneraient un gros travail de ponçage supplémentaire.

Procédez ensuite à l’ajustement des bords des trois planches. Dans le meilleur des cas, l’utilisation du papier de verre devrait suffire, mais il peut être nécessaire d’usiner les tranches de planches avec la fraise à copier.

Poncez avec un papier de plus en plus fin pour finir avec un grain de 400.

Une attention très particulière devra être portée aux résidus de colle : la teinte ou le vernis ne pénètrera pas dans le bois dans le cas ou un reste de colle demeure en surface et dans ce cas le corps comportera des tâches claires.



Remarquez sur la photo le logement triangulaire pour le capteur GK2
APPLICATION DE LA TEINTE
Teinte du fondPour obtenir la finition sunburst souhaitée, il faut dans un premier temps teinter l’ensemble du corps avec la teinte « honeyburst ». Un vieux chiffon de coton ou un morceau de TShirt permet d’étaler de manière assez uniforme la teinte.

Après une journée de séchage, poncez toutes les surfaces avec du papier de verre de 400.

La deuxième teinte, plus délicate à appliquer sera « red ruby »

  • Découper dans un carton la forme du corps en retirant 1 cm sur les bords.
  • Positionner le carton sur le corps de la guitare en le surélevant de 1 ou 2cm selon la largeur du sunburst souhaitée.
  • En maintenant une distance de 30cm et un angle de 45° environ entre le corps et la buse du pistolet, pulvérisez la teinte sur le carton
  • Après avoir fait le tour complet, retirer le carton et constatez le résultat

En principe, vous avez dû obtenir un dégradé de rouge sur la couleur orange. Si des goutelettes rouges sont apparues, utiliser un chiffon humide et frottez dans un geste circulaire sur les zone rouge sans trop empiéter sur les zones oranges.

Lors de ces opérations, j’ai rencontré deux problèmes :

  1. une goutte de teinte est tombée sur le fond orange
  2. Une cale permettant d’obtenir le placement du carton sur la table était placée trop près du bord extérieur, ce qui a fait apparaître une zone non couverte par le dégradé rouge.
  3. Par ailleurs, la couleur rouge dominaient de trop selon mon goût

Le remède consiste à poncer suffisamment pour éliminer les problèmes, puis à repasser une teinte orange suivie d’une pulvérisation moins soutenue de rouge.

Moralité :
Pour prévenir ce genre de mésaventures à l’avenir, il suffit d’utiliser des épingles piquées dans les logements des micros et d’éviter tout geste brusque avec le pistolet. Eviter également de déplacer le pistolet au-dessus du corps de la guitare.

 

 




Après ponçage

Résultat de la 2° application
PREPARATION AVANT VERNIS
Pour préparer au mieux le vernissage et pour réduire les phases de ponçage, j’applique au pistolet à gravité deux couches de fondur bicomposant PU. Il s’agit d’un produit alliant un bouche-pore et un vernis.
Le dosage se fait en prenant :

  • un volume de fondur
  • 1/2 volume de durcisseur
  • 1/10 de volume de diluant

L’application se fait au pistolet.

Après une première couche, sèchage pendant 4 jours suivi d’un ponçage à l’eau au grain de 600.

La deuxième couche s’applique dans les mêmes conditions.

Après les deux couches de fondur, le corps présente un aspect lisse déjà un peu brillant. Le pistolet à gravité permet de préparer un volume de produit plus faible sans pertes.
VERNISSAGE
Le corps étant à présent parfaitement lisse, appliquer 2 couches de vernis PU bicomposant au pistolet. Lors de l’application vérifier que le vernis dépose une couche fine mais brillante et qu’il n’y ait pas de coulure.
La proportion est :

  • un volume de vernis
  • 0,8 volume de durcisseur
  • 1/10 de volume de diluant

Chaque couche est séparée d’une semaine de séchage.
Après chaque période de séchage poncer à l’eau avec un vernis d’un grain de 1200 ou plus.

Au terme de la dernière phase de ponçage astiquer le corps avec un polish pour carrosserie ou pour guitare. Le corps doit parfaitement briller après ce traitement.

ASSEMBLAGE
Montage du cordier et du chevalet. Attention, il faut penser à ramener un fil conducteur d’un de ces composant vers les éléments de contrôles (potentiomètre…).Vissage du manche. Au préalable mise en place des deux cordes de MI pour maintenir la bonne symétrie et régler l’inclinaison correcte du manche.

Mise en place des micros : petit ponçage intérieur pour enlever l’épaisseur de vernis afin de donner une possibilité de réglage du micro. Sous les micros sont placés une mousse et deux ressorts qui éviter les vibrations du micro.

Installation du capteur GK2 : l’opération est faite avec le GK2 branché sur le synthétiseur afin de régler au mieux le positionnement.

Mise en place des composants électriques : potentiomètres, toggle switch et prise jack.

 


L’ÉLECTRONIQUE
Le schéma utilisé repose sur deux potentiomètres de 500kohms et un condensateur de 47nF.Le commutateur permet de basculer entre le micro manche, le micro chevallet ou les deux.

Je n’ai pas mis en place de blindage particulier du logement mais les câbles le sont presque tous.

 

ET POUR FINIR