Going to San Francisco

« If you’re going to San Francisco
Be sure to wear
Some flowers in your hair
If you’re going to San Francisco »

C’est le troisième voyage aux Etats Unis. Le troisième voyage avec une arrière pensée musicale. Après le blues de Memphis, la musique de Dylan dans le Midwest, nous voilà dans l’ouest du Gratefull Death, Janis Joplin, CSN&Y, et autres hippies des seventies.

Départ au petit matin avec une escale à Amsterdam pour arriver à San Francisco un peu après midi (heure locale).

Le décors de San Francisco est très vite planté, car en sortant du métro nous sommes attirés par une Gibson amplifiée par un musicien de rue. A l’arrêt de bus, musique Pop Rock ou Rap diffusées par les smartphones des passagers.

Nous logeons dans le quartier Aight Ashbury à 100 m de là où vécue Janis Joplin. C’est le quartier Hippie de San Francisco et on ne peut pas l’oublier. Les couleurs psychédéliques du Flower Power sont bien présentes. On ne peut pas ignorer que Jerry Garcia du Gratefull Death, décédé en 1995, à vécu ici.

Les gens sont joyeux, serviables.
« With some flowers in their hair« . Les paroles de la chanson de Mc Kenzin restent toujours actuelles.

Les guitaristes, écolos et fumeurs en tout genre se regroupent le soir pour discuter, fumer, boire et jouer ensemble. Une ambiance très décontractée à quelques stations de métro de la Silicon Valley et de l’hyper technologie.

Nombreux musiciens des années 60 et 70 se sont tournés vers les philosophies orientales : à commencer par les Beatles, mais aussi les Stones, Leonard Cohen et d’autres. Tout naturellement des ashrams et des centres de méditation se sont installés à San Francisco à l’instar de ce centre créé en 1970 par une ressortissante indienne et dans lequel nous avons participé à la fête de la lumière : Diwali.

Une magnifique demeure et une communauté regroupant des scientifiques, ingénieurs, travailleurs sociaux, étudiants et simples ouvriers.

Ambiance très hippie également où les mots « Love », « Light », « Happiness » reviennent dans les discours.

L’occasion aussi pour MT de tracer un dessin flottant à l’entrée du centre.

Changement de décors en fin de soirée dans un bar de Castro qui est le quartier des populations gays.

Spectacle assez étonnant de voir des drag queen cotoyer des transsexuels et des homosexuels dans ce bar historique du quartier, tout ça dans un décors de squelettes, de sorcières et de toiles d’araignées annonciateur d’Halloween.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *