Viva Las Vegas

Changement de décors avec notre arrivée à Las Vegas.

Très loin de la nature à l’état brut des parcs et de la vie simple des Navajos ou des Mormons.

A Las Vegas tout est superficiel. Sin City, la ville des péchés, comme l’appellent les américains.

What happens in Las Vegas stays in Las Vegas

 

Ce qui se passe à Las Vegas doit rester à Las Vegas, car on ne se donne aucune limite ici. Nous croisons en homme déguisé en prêtre donnant la main à une femme en mini jupe, bas résilles et rouge à lèvres provocateur. Bienvenue à Las Vegas.

Les décors sont incroyables, mais artificiels. Dans le quartier parisien, la tour Eiffel est à 20m de l’arc de triomphe de l’opéra et de la gare de l’est. Tout en un. Nous logeons à l’hôtel Luxor où le décor fait référence à l’Egypte antique. Sa forme est pyramidale.

Les sourires sont superficiels, commerce oblige. Ici l’argent doit circuler et sûrement être blanchi aussi.

Devant les machines à sous, les consommateurs appuient frénétiquement sur les touches de la machine, s’excitent, se fâchent, rient et pleurent.
Là-bas devant un tapis de jeu, une jeune femme blonde, presque dénudée, danse au son d’une musique de boite de nuit, pendant que les joueurs surveillent le jet des dés. Un chinois qui vient de gagner une petite somme,  jette un jeton à la danseuse qui s’empresse de ranger la précieuse récompense dans son soutien gorge noir.

On peut se marier en 15 minutes pour quelques dollars. Aller sur un grand 8 à sur le top floor d’un hotel.

A l’extérieur des casinos et hôtels, on découvre l’envers du décors. Des ivrognes assis misérablement sur une marche d’escalier, des vendeurs à la sauvette qui essayent d’avoir leur part de butin, et la prostitution.

Les limousines circulent, vitres teintées, au milieu des touristes exubérants ou égayés par l’alcool. Les panneaux lumineux diffusent les programmes des prochains spectacles ou de la publicité alimentés par les panneaux solaire de la centrale d’Ivanpah à 64km de Las Vegas. Malgré ce gaspillage écologique, la ville peut se venter d’être alimentée complètement avec des énergies renouvellables.

 

Zion train is coming on a way

L’Utah est le territoire de prédilection pour les mormons. Ils représentent 60% de la population totale de cet état, et Bryce Canyon, que nous visitons, tient son nom d’un charpentier mormons, Ebenezer Bryce,  qui travailla dans la région pour améliorer le transport de grumes.

Ce parc présente encore une particularité géologique de cet ouest américain. Ce n’est pas vraiment un canyon mais plutôt un amphithéâtre rocheux.

Le marteau de Thor

Résultats des dépôts sédimentaires, des poussées des plaques tectoniques et de l’érosion accélérée due à la succession de gel et de dégel, les hoodoos présentent une forme rocheuse bien particulière.

 

 

Une légende indienne dit que ces formes élancées sont celles d’hommes qui ont été pétrifiés par les coyotes pour leurs mauvaises actions. Les hoodoos sont d’ailleurs appelés par les amérindiens les figures peintes en rouge.

Après Bryce Canyon, direction Zion. nom donné à cet autre parc en référence à la terre promise évoquée par la bible qui regroupe le peuple de Dieu.

Nous logeons dans des maisons en bois tenues par des mormons qui pratiquent également l’élevage de bisons. Un ranch fort sympathique où les biches viennent brouter au pas de la porte.

Le temps semble s’être arrêté ici ; les robes longues des mormones, les calèches et autre vieille voiture. Un air de « La petite maison dans la prairie » ou de « Bagdad Café ».

Je…