Harlem incident

Avant de prendre le bus pour Washington DC, je décide de me promener encore un peu à Harlem. C’est dans cette partie de la ville que se sont concentrés les m_P1020182population afro-américaines mais aussi tous les immigrés africains. Un guinéen me disait hier qu’il avait beaucoup de compatriotes ici, mais que les Sénégalais, Maliens et Ivoiriens sont nombreux également. Ce sont eux qui tiennent bon nombre de commerces dans le quartier.
C’est ici qu’est né le mouvement de promotion des droits civiques des minorités. Marcus Garvey (à l’origine du mouvement Rasta) et surtout Malcolm X ont développé leurs actions ici.

Gypsy gal, the hands of Harlem
Cannot hold you to its heat.
Your temperature’s too hot for taming,
Your flaming feet burn up the street.
I am homeless, come and take me
Into reach of your rattling drums.
Let me know, babe, about my fortune
Down along my restless palms.

I been wond’rin’ all about me
Ever since I seen you there.
On the cliffs of your wildcat charms I’m riding,
I know I’m ’round you but I don’t know where.
You have slayed me, you have made me,
I got to laugh halfways off my heels.
I got to know, babe, will I be touching you
So I can tell if I’m really real.
Spanish Harlen Incident(Another side…)

Les boutiques portent des noms connus : TOUBA, DIOP, NGAYE…

Au hasard d’une rue, je tombe sur ‘le marché artisanal d’Harlem« . Un air de ressemblance avec le marché du plateau de Brazzaville : en vente, des toiles de Korhogo, des bijoux de pierres et d’argent, des batiks, des tuniques aux toiles colorées, des paniers…. Comme en Afrique en somme, et la négociation se fait en français pour les non américains. Trop drôle.

m_P1020196

Il y a de nombreuses églises et salles de Gospel dans le quartier. Généralement des temples baptistes.
La religion et le sacré sont une composante incontournable de l’amérique : sur leurs monnaies est écrit « In God we Trust » et « God bless America » est sûrement la plus populaire des chansons patriotiques.

Pour aller à Washington ou plus exactement Harrisburg, j’emprunte la compagnie Greyhound originaire de…. Hibbing. 🙂

La plus grande compagnie du pays me semble-t-il.

Le départ est un peu chaotique. Tout semble bien organisé : double contrôle des billets, enregistrement des bagages, accès au bus par des portes d’embarquement. Mais au final nous partons avec 30mn de retard, et des passagers hispanos n’auraient pas dû être dans le bus. Le temps de discuter, de les faire sortir augmente encore notre retard….

Au final, nous aurons un retard d’une heure sur le timing annoncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *