Going, going, Gone

Le dernier jour de notre séjour.

petit_P1010225Nous rentrons en avion de Lalibela à Addis Abeba via Gondar. C’est l’occasion de survoler ce surprenant relief qui donne l’impression que la montagne, ancienne, a été labourée.

Des haut plateaux, vastes, sur lesquels sont perchés des villages et des champs bien ordonnés. Entre ces plateaux de profondes crevasses de quelques centaines de mètre parfois.

 

petit_P1010233Partout, vus du ciel, ces étranges petits points jaunes, dernières traces qui témoignent des zones de vannage de l’orge, du blé ou du tef.

 

 

petit_P1010240De retour à Addis, nous traversons en voiture mercato. Le plus grand marché populaire d’Afrique. Une ville dans la ville. On y trouve de tout… par quartiers, les différents produits nécessaires à la vie de tout les jours, de la pièce de voiture au sachet d’épice. Même un quartier spécialisé dans le recyclage; car la petite bouteille d’eau minérale vide s’avère particulièrement utile aux nomades qui gardent le troupeau, le tonneau de 200 litres d’huile coupé en  2 devient une bassine pour laver le linge, le pneu abîmé devient une sandalette, etc…. Pas de grosses théories sur le traitement des déchets, c’est une évidence ici.

Tamrou nous invite à une cérémonie du café chez lui. L’occasion de faire connaissance avec son épouse et son petit bébé. Une petite maison de location de 10m sur 10m qui lui coûte environ 40€/mois, lui qui n’en gagne que 120.

Notre dernière soirée avant le décollage nous la passerons avec lui dans un restaurant traditionnel ou musiques et danses Ethiopiennes agrémentent les plats traditionnels.

Et c’est le départ… Et il n’y aurait pas de départ, s’il n’y avait pas eu de rencontres.

Et il me vient encore une chanson de Dylan :

« As I travel down life’s pathway,
Know not what the years may hold.
Precious memories flood my soul »

Une réflexion sur « Going, going, Gone »

  1. Ouf! Bien ravi de vous savoir de retour et bien content de voir que tout s’est plutôt bien passé. C’est sans doute mon coté africain, mais j’étais de ceux qui avaient une sorte de réticence pour ce voyage: une conséquence, à coup sûr, de l’effet médiatique et des événements souvent tragiques à travers le monde et dans le continent.
    Merci à tous les deux pour cet exemple de « courage et d’abnégation » mais aussi pour cette leçon de vie dans les rencontres, le partage, la solidarité, la spiritualité ….
    Merci pour ce beau voyage, pour ce beau témoignage au jour le jour. On attend avec impatience l’album complet et surtout les commentaires de vive voix autour d’un Pinot Gris, d’un Crémant, d’un jus de gingembre ou de bissap.
    Bonne Année. On vous embrasse fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *